Interview de Christine Guinebretière, CEO Upcyclea – Magazine Vertical
2020-11-30

Des immeubles « banques de matériaux » avec « passeport » et « signature » circulaires, gages de leurs qualités en la matière : c’est la voie vers une nouvelle économie de la construction et de l’immobilier que dessine Upcyclea. Pionnier du Cradle to Cradle (C2C) en France, le cabinet expert croit en l’avènement nécessaire des bâtiments circulaires, vertueux… et rentables.


Christine Guinebretière, CEO Upcyclea
« Le bâtiment banque de matériaux répond aux problématiques cruciales d’aujourd’hui. »

VERTICAL : Vous promouvez l’économie circulaire depuis plus de dix ans. Comment avez-vous vu évoluer l’accueil de cette notion dans la construction et l’immobilier ?

Christine GUINEBRETIERE : Il y a dix ans, personne en France ne parlait d’économie circulaire, contrairement à l’Europe du Nord et le Bénélux. Ce n’est qu’avec la pression réglementaire liée à la transition énergétique et, surtout, à la neutralité carbone des bâtiments, que les acteurs ont commencé à faire le lien avec l’économie circulaire.

 

VERTICAL : Parleriez-vous d’une prise de conscience ?

Christine GUINEBRETIERE : Sur les problématiques liées au changement climatique, à la santé, aux pénuries à venir sur les ressources naturelles utilisées dans le bâtiment, oui. Mais pas assez sur la nécessité de penser l’économie circulaire dès le départ, en amont de la conception et du choix des matériaux. Seulement 5% des produits issus de la démolition sont réemployables ! Or il est impossible de faire du green building avec des matériaux qui n’ont pas été conçus pour, ou qui sont mal assemblés.
La prise de conscience, c’est bien, mais il faut changer les habitudes. Ce qui est en jeu, c’est la transparence de la chaîne de valeur. Si on ne connaît pas la caractérisation précise des produits qui entrent dans la construction du bâtiment, jamais un industriel ne les reprendra pour les réintroduire dans le cycle de production. Par exemple, il est essentiel de ne pas mélanger les cycles de vie des matériaux ; un matériau biosourcé mélangé ou assemblé avec un matériau non vertueux donnera au final un produit qui finira comme déchet et ne pourra pas être valorisable. Les composites sont très rarement upcyclables…

 

VERTICAL : Vous accompagnez pourtant de plus en plus de projets, et non des moindres…

Christine GUINEBRETIERE : On a la chance d’avoir en France des acteurs de taille, que ce soit dans le secteur du bâtiment, dans celui des sociétés immobilières cotées ou chez les investisseurs. Le marché français est aussi l’un des plus importants en Europe. Donc quand ça bouge, et c’est le cas, ça va très vite ! Nous sommes très confiants. Le bâtiment banque de matériaux offre des réponses à toutes les problématiques cruciales qui se posent : pénurie de ressources, santé et qualité de l’air intérieur, émission de CO2…

VERTICAL : Ce mouvement en faveur de l’économie circulaire, tout comme le « monde d’après » invoqué au début de la crise du Covid-19, ne risquent-ils pas d’être freinés par la crise économique ?

Christine GUINEBRETIERE : Ce n’est pas le cas dans l’industrie immobilière, notamment du fait des pressions réglementaires. Promoteurs et investisseurs ne pourront pas baisser leurs exigences environnementales. Quant aux fabricants, ils ont tout intérêt à mettre en place des systèmes de récupération individuelle de leurs produits pour s’assurer qu’ils seront upcyclables et donc valorisés tout au long du cycle de vie.
Mais le marché ne paiera pas plus cher un bâtiment parce qu’il est vert. D’où l’importance de la valeur financière résiduelle calculée par notre méthodologie et le logiciel myUpcyclea, qui dégage une vraie prime à la circularité du bâtiment.
Nous travaillons actuellement avec un fonds d’investissements important sur la manière d’introduire précisément cette valeur du matériau éco-circulaire dans la valeur vénale d’un parc immobilier. À partir du moment où un fonds d’investissement reconnu valorise la signature circulaire du bâtiment, propriétaire, promoteurs et entreprises générales s’ouvriront à ce marché circulaire visible.

 

CONTACTEZ-NOUS

Vous recherchez les conseils d'un expert ? Vous avez un projet ou souhaitez obtenir des renseignements ? Rendez-vous sur notre formulaire de contact, en cliquant sur le lien ci-dessous.

Contactez-nous