RT 2012

QU'EST CE QUE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 ?

Que ce soit pour les bâtiments résidentiels ou tertiaires, la RT 2012 a pour objectif de fixer une limite maximale de consommation énergétique des bâtiments neufs pour l’éclairage, le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, la climatisation, la ventilation et auxiliaires.

Inscrite dans le Grenelle de l’environnement et dans la politique générale de la France qui souhaite maîtriser l’énergie et réduire les émissions de gaz à effet de serre, la nouvelle règlementation a fixé ses objectifs. Elle vise tout particulièrement les grands principes de la loi dite « Grenelle 1 » du 3 août 2009 à savoir une diminution des consommations en énergie, eau et autres ressources naturelles et la préservation des paysages.

La réglementation s’applique à tous les bâtiments :

Puce rouge Tertiaires publics et privés neufs depuis le 26 octobre 2011 et enseignement et accueil petite enfance.

puce rouge Résidentiels neufs depuis le 1er janvier 2013, et à tous les autres bâtiments neufs (commerces, EHPAD, établissements sportifs, restauration, hôpitaux…).

Une première en France !

Avec la RT 2012, la France devient l’unique pays en Europe à imposer un niveau d’exigence énergétique aussi élevé. La consommation d’énergie primaire est ramenée à un niveau moyen inférieur à 50KWh/m²/an, modulée en fonction des émissions de gaz à effet de serre, d’une part, dues aux énergies utilisées et d’autre part à des critères techniques (localisation géographique, caractéristiques et usage du bâtiment).
La RT entend réduire les consommations énergétiques des bâtiments neufs et fixe un nouveau cadre et des objectifs à la conception des bâtiments. Une meilleure lisibilité des consommations énergétiques sera possible grâce à trois exigences de performances que sont le Bbio, le Cepmax et le confort d’été. La RT 2012 donne aussi des clés pour réussir sa mise en oeuvre.

La RT 2012 garantit une qualité de conception énergétique du bâti. Pour l’atteindre, trois exigences de performances sont imposées :

1. Un nouveau coefficient bioclimatique Bbio qui rend compte de la qualité de conception et d’isolation du bâtiment. Il note les déperditions énergétiques du bâti et traduit ainsi les besoins énergétiques en chauffage, refroidissement et éclairage.
Le Bbio s’exprime en nombre de points et non en kWh/m²/an. Il n’est pas une valeur de consommation. Sa valeur varie en fonction de la catégorie, de l’usage du bâtiment, localisation géographique, altitude et surface :

*CE1: Bâtiments pour lesquels la climatisation n’est pas un droit à consommer.
**CE2 : Bâtiments pour lesquels la climatisation est un droit à consommer.
La détermination des catégories de bâtiments CE1 et CE2 se fait en fonction de la zone climatique du bâtiment, de la zone de bruit et de son usage.

                                          Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation,
                                         vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus